Pieris brassicae

Ce petit papillon blanc fréquente souvent mon jardin, heureusement je ne cultive pas de choux dont sa chenille est très friande 😉

Publicités

Pinus sylvestris

Ces pins ont été achetés en Aout 2003, ils étaient tressés mais les troncs ne s’étant pas soudés, j’ai préféré les séparer.

    

L’idée était de réaliser un groupe comme ceux que l’on peut voir souvent dans les estampes japonaises.

Le 1er rempotage a eu lieu en avril 2004, il a été assez fastidieux car les racines étaient fortement emmelées et il est délicat de bousculer les racines d’un pin.

Le groupe est donc resté en culture tranquillement jusqu’en octobre 2005, date de la première mise en forme

En 2007, j’ai trouvé un pot idéal chez John Pitt, ils ont donc été rempotés fin mars lors d’un atelier avec Thierry Font qui a eu la gentillesse de me faire également quelques croquis

Détails : écorce

chandelles

nebari

Actuellement, le principal travail sur ces arbres consiste à densifier leur végétation, heureusement ils rebourgeonnent très facilement après le mekiri : je laisse pousser les chandelles jusqu’au mois de Juin puis je les taille complètement, si elles sont fortes, ou en laissant deux ou trois paires d’aiguilles, si elles sont plus faibles.

Je n’aime pas trop la présence de cette punaise car c’est un insecte piqueur-suceur pouvant véhiculer des maladies.

J’ai d’ailleurs quelques soucis avec certains bourgeons très anarchiques et stériles, si quelqu’un connait la cause de cette prolifération …

Fin du voyage au japon

Le vendredi 19, après avoir visité la galerie Kinbon, nous sommes rentrés à l’hotel pour préparer les valises, les colis de souvenirs qui devaient partir pour la France et faire les derniers achats.

Le lendemain, nous avons rejoint l’aéroport de Osaka où nous attendait le vol AF291.
Dans ce dernier post, je me propose de faire le point sur les petits détails du voyage afin d’aider d’autres bonsaika qui auraient, eux aussi, envie de réaliser leur rêve !

L’association AutrementleJapon nous a fourni une aide précieuse, c’est elle qui s’est occupée du vol et des hôtels :

Le New Otani Inn à Tokyo ( à ne pas confondre avec le New Otani … un peu plus cher ! )

un hôtel 3 étoiles, très confortable et situé juste au dessus de la station Osaki du JR, sur la ligne Yamanote.

Dans cette station de métro, nous avons trouvé de nombreux restaurants pour les repas du soir, un supermarché pour les petites courses ( en particulier les emballages des colis postaux ) et un bureau de poste.

L’ Hôtel Ryokan Tsuchiya à Nagoya, typique !

et le New Miyako Hotel de Kyoto, très bien situé, juste à côté de la gare.

L’association a également pris rendez-vous dans les différentes pépinières que nous avons visitées, nous proposant soit des accompagnateurs soit des traducteurs.

Nous avons d’ailleurs bien apprécié la présence du traducteur chez Maitre Kobayashi car cela nous a permis d’avoir un échange beacoup plus riche.

A Tokyo, équipés d’une carte SUICA, nous avons essentiellement voyagé sur la Yamanote, qui est une ligne ferroviaire de la compagnie JR. Cette ligne est très pratique car elle forme un cercle passant par les points importants de Tokyo : le Parc Ueno, Akihabara, Shinjujku, Harajuku, Shibuya…

( Le coût du transport à Tokyo s’élève à ‘environ 8000 yens auxquels il faut ajouter les 3600 yens du World Héritage Pass qui comprend le train jusque Nikko et les entrées dans les temples )

A Kyoto, par contre nous avons plus utilisé le bus. ( Un ticket valable toute la journée coûtant 500 yens )

Pour nos repas, nous avons testé tout un tas de petits restaurants ( c’était d’ailleurs notre principal problème : la taille des restaurants qui avaient bien souvent du mal à accueillir notre groupe de 16 personnes ! ) vraiment peu chers : il est très facile de manger pour 1000 yens …

des sushis :

des ramen :

une Okonomiyaki :

un plateau délicieux mais dont je ne me souviens plus du nom :

Mais pour les refractaires, on y trouve aussi ça :

En voyant les prix des fromages français dans ce supermarché, j’ai compris pourquoi il n’y en avait jamais sur les tables :

Pour les petites soifs, à chaque coin de rue, on peut trouver des distributeurs offrant boissons froides ou chaudes, café, chocolat, thé, eau … pour environ 130 yens !

Contrairement à nos craintes avant le départ, le Japon est un pays où il est facile de voyager et les japonais que nous avons croisés, étaient vraiment sympathiques. Vivement le prochain départ !