Atelier avec Hiromi Tsukuda, 3ème partie.

On revient sur l’azalée qui a été taillée dans la 1ère partie. Il faut maintenant la rempoter car cela n’a pas été fait depuis 2008. Hiromi est obligé de prendre un crochet pour dégager la motte. Pendant ce temps, il nous explique que les racines de l’azalée sont très fragiles et qu’il faut être délicat.

rempotage

Il faut gratter le vieux substrat qui se trouve en dessous, doucement sans arracher les racines.

nettoyage

Il choisit la plus grosse granulométrie de kanuma qu’il utilisera pure.

kanuma

Nous avons essayé plusieurs combinaisons avec les 5 ou 6 pots amenés.

choix

Celui dont la taille et la forme conviendraient le mieux avec le projet final, est pour l’instant trop petit. Il n’est pas possible de réduire la motte en une seule fois .

meilleur

Un pot intermédiaire est donc retenu, il faut alors scier le bloc de racines pour l’adapter au pot.

coupe

Puis, toujours avec délicatesse, il faut continuer de nettoyer et d’éliminer au maximum le vieux substrat avec de fines baguettes en bambou.

4mains

On termine le nettoyage dans une bassine d’eau.

bain

On obtient le résultat suivant :

racines

Quelques coupes sont encore nécessaires afin d’égaliser le nebari ainsi que le dessous de la motte.

taille

Dans le pot, Hiromi place une couche de kanuma et deux fils de ligature.

misenpot

L’arbre peut ainsi être attaché solidement au pot.

fils

Il remplit le pot sans tasser le substrat et sans faire pénétrer les grains avec une baguette comme on le fait habituellement, toujours dans un souci de préserver les racines. Cela nous parait étonnant et donne l’impression que les racines sont presque à nu.

remplissage

Les deux photos suivantes montrent comment a évolué cette azalée depuis l’atelier. Les pousses sont nombreuses et pile au bon endroit ! Un premier nettoyage a été effectué sur celles qui poussaient vers le bas ou dans les creux. Il faut également ôter les branches qui avaient été laissées pour faire des greffes. Ce ne sera pas nécessaire. Le feuillage présente une légère chlorose sans doute parce que l’arrosage a été fait à l’eau de robinet, très calcaire. La citerne est pleine, espérons que l’eau de pluie corrigera ce problème sinon il faudra faire un apport de fer chélaté.
Vue de face :

devant

Vue arrière :

derriere

Atelier avec M. Tsukada à Arras : une azalée

Depuis 5 ans, Etienne Pesin a créé un club à Arras. Je vous invite à découvrir son site : Arras Bonsaï Club.

Il a eu la gentillesse de m’inviter à suivre un atelier le 13 mai.

J’y ai découvert 6 élèves studieux sous la direction d’un maître japonaise très sourillant et détendu.

J’ai pu suivre le travail complet de deux arbres, je vais commencer aujourd’hui avec une azalée, et je continuerai plus tard avec un épicéa.
Cette très belle azalée appartient à un bonsaika que vous connaissez sans doute : Toche.

Il a commencé par expliquer son projet à M Hiromi Tsukada avec l’aide de la traductrice Dominique.

et hop ! ce dernier a pris la scie … ( Il a été si vite que je n’ai pas eu beaucoup de temps pour soigner mes photos ! )

une branche en bas…

une branche en haut, elle était en opposition avec une autre branche.

Ensuite chaque branche a été débarassée d’une grande partie de ses pousses pour ne garder que les terminales, celles qui vont l’aider à s’allonger et à se fortifier.

Voila l’arbre presque fini, il ne reste plus qu’à retravailler les coupes pour qu’elles suivent le tronc.

sous un autre angle …

Nous avons tous été bluffés par la vitesse et la dextérité du maître.